netiko : créateur du site de petites annonces gratuites veux-veux-pas.fr

nos actionslitiges

Renouveler son adhésion... mais pour quoi faire...?

02/10/2012

" Va à Que Choisir, ils vont te régler ton problème... ! "


Vous êtes venu nous voir un jour parce que vous aviez un litige avec un professionnel, et un ami vous a conseillé : " Va à l' UFC Que Choisir, ils vont régler ton problème ! "


Un membre de notre association vous a reçu, vous a expliqué que nous étions une association de défense de consommateurs, et que notre objet principal était la défense collective des consommateurs, mais que pour nos adhérents nous pouvions intervenir pour trouver une solution à leur problème.


Il vous a expliqué que la loi du 31 décembre 1990 qui donne droit aux avocats à donner des consultations juridiques étend également ce droit aux associations de consommateurs mais seulement au bénéfice de leurs adhérents. C'est pour cette raison que l'on vous a demandé une cotisation. Et c'est donc un peu "contraint" que vous avez accepté de payer cette cotisation et donc d'adhérer à notre association.


Mais, votre vraie attente était : comment l'association allait régler votre litige.


Quelques jours, ou semaines  (ou mois ?) après,  votre litige est enfin réglé, et, pour la plupart d'entre vous, vous êtes satisfait de l'intervention de notre association ; vous en parlez même à vos amis : "j'ai eu un problème avec xxxxx, et en un seul courrier de "Que choisir" tout s'est arrangé ! Je te conseille, va les voir..."


Un an après votre adhésion vous recevez une invitation à renouveler cette adhésion pour une nouvelle année. "Pourquoi paierai-je une nouvelle adhésion ? Pour l'instant je n'ai aucun problème de consommation ; je retournerai vers "Que choisir" quand je serai en difficulté avec un professionnel !"


C'est malheureusement un raisonnement qui aujourd'hui est tenu par près des 2/3 de nos adhérents après une année d'adhésion, et ce raisonnement qui, non seulement exprime une méconnaissance de qui nous sommes, est particulièrement dommageable pour le fonctionnement et la crédibilité de notre association.


Qui sommes-nous ? Même si trop souvent nous sommes perçus comme cela, nous ne sommes pas une assurance de protection juridique, et d'ailleurs souvent nous orientons nos adhérents vers la protection juridique qu'ils ont souscrite (parfois sans le savoir) auprès de leur compagnie d'assurance. Nous sommes là avant tout pour défendre l'intérêt COLLECTIF des consommateurs. Nous dénonçons et agissons pour faire supprimer des pratiques abusives de certains professionnels, et  aider des adhérents individuels dans la résolution de leur litige nous sert aussi à intervenir COLLECTIVEMENT par des actions médiatiques ou judiciaires pour faire cesser certaines méthodes commerciales contraires aux intérêts des consommateurs.


Pourquoi le non renouvellement est-il dommageable ?  Certes, comme toute association, pour avoir un discours libre il ne faut pas vivre sur des aides ou des subventions de l'Etat ou des collectivités (encore moins des professionnels bien sûr !). Ce sont donc les cotisations de nos adhérents qui nous financent : nos locaux, notre fonctionnement administratif, nos personnels salariés, mais aussi la formation que nous donnons aux bénévoles qui vous reçoivent, et toute l'action d'information que nous vous adressons via notre site www.ufc-quechoisir-lille.org  et via notre newsletter mensuelle.


Mais, nos adhérents sont aussi sensibles à la notoriété, la crédibilité de notre association et à sa "force de dissuasion". Or celles-ci se mesurent essentiellement au  nombre d'adhérents. En droit du travail les syndicats sont d'autant plus forts dans leurs négociations qu'ils rassemblent un plus grand nombre de syndiqués. Dans le domaine de la consommation c'est exactement la même chose. Nous rassemblons aujourd'hui plus de 160 000 adhérents en France ; forcément, le discours que nos instances fédérales adressent aux pouvoirs publics et aux lobby des professionnels a du poids.


Notre association locale lilloise compte aujourd'hui 2 700 adhérents, mais le chiffre ne progresse pas comme nous le souhaiterions, alors que nous avons investi dans de nouveaux locaux et un meilleur accueil des consommateurs.


Si la première cotisation, quand vous venez nous rejoindre pour solutionner un litige peut paraître chère (49 €) nous avons voulu, en fixant à 30 € minimum toute réadhésion permettre à chacun de pouvoir continuer à manifester son intérêt à nos actions (et continuer à bénéficier de l'aide à la résolution de ses litiges, et ce, partout en France). et son soutien à notre fonctionnement.


Des actions importantes sont en cours, sur l'accès au logement, sur la redistribution des bénéfices des assurances emprunteurs,  sur la concurrence en matière de téléphonie et d'internet, de dépassements d'honoraires en matière médicale, sur les conseils des banques en matière de placements financiers..........  on a vraiment besoin de "compter" sur vous.
                                   

Dominique Dupont
Vice-Président

revenir à la page "litiges"