netiko : créateur du site de petites annonces gratuites veux-veux-pas.fr

nos actionslitiges

Quand l’UFC – Que Choisir sert de prétexte...

12/02/2012

Une de nos lectrices a reçu un courriel dans lequel il est indiqué que l’UFC-Que Choisir alerterait ses adhérents à propos d’une société de transport à l’origine d’une belle arnaque.

Il s’agit d’un faux message… mais d’un beau cas d’école... !


À force de dénoncer les spams (courriels non sollicités) et arnaques en tous genres, ça devait nous arriver. Une consommatrice nous a transmis un courriel qu’elle a reçu, un message électronique selon lequel l’UFC-Que Choisir, « organisme très sérieux » (merci du compliment), demanderait à ses adhérents de faire circuler un message d’alerte dénonçant une tentative d’arnaque de la part d’une société de livraison de colis du nom de PDS. Celle-ci distribuerait dans les boîtes aux lettres des courriers demandant au destinataire de composer un numéro de téléphone dans le but de récupérer un colis qui n’a pas pu être livré. Il suffirait de composer ce numéro pour se retrouver automatiquement avec une communication de 315 € sur sa facture de téléphone.


Autant le dire tout de suite : l’UFC-Que Choisir n’est pas à l’origine de ce message.

 

Il s’agit de ce qu’on appelle un « hoax » (un canular), comme il en existe des milliers qui tournent de messagerie électronique en messagerie électronique. Cette histoire de livreur malintentionné circulerait même depuis longtemps. Mais contrairement à beaucoup d’autres, elle aurait un réel fondement. À en croire le site anglophone Snopes.com, des milliers d’Anglais auraient bel et bien été arnaqués par une société du nom de PDS. Fin 2005, celle-ci aurait distribué dans les boîtes aux lettres du pays un courrier demandant aux habitants de contacter au plus vite le 09066611911, en fait un numéro fortement surtaxé en Grande-Bretagne (l’équivalent de nos 0899). Au bout du fil, un serveur vocal demandait diverses informations. Au final, pas de colis, mais une facture de téléphone salée : des victimes auraient perdu jusqu’à 9 £ (un peu moins de 11 €). Depuis, le service a été suspendu. Mais l’alerte, elle, continue à vivre, notamment grâce à Internet. Petit à petit, les 15 £ (18 €) indiqués à l’origine se sont transformés en 315 £ (376 €) et le message, traversant la Manche, a été traduit en français.

 

En gage de sérieux et d’authenticité, l’UFC-Que Choisir a même été mentionnée, à la recherche de crédibilité...


Ce genre de canular mettant en garde contre de soi-disantes arnaques ou cherchant à sauver la vie d’un enfant est fréquent. Il n’est pas rare que l’auteur assure avoir vérifié l’information qu’il diffuse (auprès de la DGCCRF ou de la police, par exemple). Pourtant, dans la très grande majorité des cas, ce sont des faux. Le numéro de téléphone indiqué dans le message devrait mettre la puce à l’oreille. En France, si les numéros en 09 existent, ils ne sont jamais surtaxés. Et s’il avait mené vers un service basé à l’étranger, il aurait débuté par « 00 ». Pour en avoir le cœur net, il suffisait de se rendre sur le site Quechoisir.org, où l’information aurait forcément figuré si elle avait été exacte.

 

L’UFC-Que Choisir continuera bien à dénoncer les arnaques, mais uniquement les vraies

revenir à la page "litiges"