netiko : créateur du site de petites annonces gratuites veux-veux-pas.fr

nos actionslitiges

marchand de liste et de reves

Marchands de listes... Marchands de rêves...

31/7/2013

Vous avez dit « marchands de listes » ? L ’UFC-Que Choisir Région Lille rappelle le risque de confusion des genres...

Alors que certains étudiants sont encore et toujours en quête d’un logement pour leurs études supérieures, l’UFC-Que Choisir Région Lille rappelle le risque de confusion des genres.

 

Vous avez dit « marchands de listes » ?

 

Dans les annonces passées, les réponses téléphoniques ou même parfois en établissement, les vendeurs de liste masquent leur activité réelle (la simple remise de listes d’annonces) et induisent le consommateur en erreur en laissant penser qu’il s’agit d’un agent immobilier prêtant son concours à la rédaction du bail et à l’état des lieux. Par exemple, le prix de la liste est déguisé en « honoraires » ou « frais d’agence ».

 

Paie pour voir !

 

Alors que la loi impose que le paiement de la liste s’effectue après la prestation, la plupart des marchands de listes exige l’argent avant la remise du moindre document. Or, le montant est loin d’être modique, en moyenne 200 euros. Au-delà de l’illégalité, c’est tout de même un comble d’exiger d’un étudiant un tiers de son budget mensuel (610 euros), alors même qu’il ignore le nombre de biens qui correspondront à sa demande, et n’a aucune garantie d’obtenir une location. 

 

Pas besoin de vos critères : Le service proposé ne peut en aucun cas être comparé à un service de recherche, puisque le vendeur ne fournit qu’une simple liste de biens, parfois reprise pure et simple d’annonces déjà diffusées dans la presse locale ou sur Internet, correspondant à des critères limitatifs et approximatifs. Les vendeurs adressent des biens « déjà en stock » dans les fichiers et ne vont aucunement tenter de trouver des biens correspondants aux critères et attentes particulières du client. 

 

Un projet de loi bien venu : Avec les orientations du projet de loi présenté par  Cécile Duflot en juin 2013, « il sera désormais imposé que les logements proposés au sein des listes aient fait l’objet d’un mandat d’exclusivité avec le marchand de listes, par lequel le propriétaire du bien s’engage à ne pas confier la location ou la vente de son bien à un autre professionnel. » Selon la Ministre « grâce à cette mesure, les clients auront l’assurance que la liste qu’ils acquièrent comporte uniquement des biens exclusifs, que ceux-ci sont donc bien disponibles et n’ont pas déjà été loués par d’autres agences ».

revenir à la page "litiges"