netiko : créateur du site de petites annonces gratuites veux-veux-pas.fr

nos actionslitiges

Les suites du Salon Amenago

01/12/2011

Force de l'UFC ? ...et/ou bienveillance de certains professionnels ?

Comme chaque année le Salon Amenago est suivi d'un nombre important de visites à nos permanences litiges. Méthodes de vente frauduleuses, bons de commande illégaux, défaut d'information.... mais aussi parfois naïveté de certains consommateurs qui pensent pouvoir se rétracter après la signature d'un bon de  commande.


Il faut en effet rappeler qu'une signature de commande sur un salon ne donne pas droit à un délai de rétractation (sauf s'il y a un crédit affecté), et parfois (souvent ?) les vendeurs ne pensent pas à le rappeler à leurs clients potentiels !


Et puis, au milieu de ce concert de plaintes, une petite lumière, une attitude constructive qui peut faire dire que non,  tout n'est pas toujours "pourri" dans le monde des professionnels :


Monsieur N. est venu nous rencontrer lors d'une permanence litige pour demander notre aide.
Souhaitant se renseigner sur les adoucisseurs d'eau il s'était arrêté dans le stand Cullighan, et là, séduit par le discours technique, mais aussi par les conditions financières proposées (vous savez : les réductions "spéciales foire" valables seulement aujourd'hui si vous signez !!!), il a fini par signer un bon de commande et verser un acompte.


Dès le lendemain il s'est rendu compte que ce n'est pas ce type d'appareil qu'il lui fallait, et il a envoyé un courrier recommandé de rétractation au fournisseur, lequel lui a aussitôt répondu en lui indiquant qu'il était engagé et que la loi ne lui laissait aucune faculté de se rétracter (ce qui est vrai).


La somme engagée avoisinant les 2500 € notre adhérent était assez désespéré. Lors de l'entretien avec le bénévole de l'accueil litiges nous lui avons confirmé que le professionnel était dans ses droits, mais devant le désespoir de l'adhérent nous lui avons proposé de faire un courrier à Cullighan indiquant que notre adhérent est bien dans son tort en exigeant l'annulation du contrat, mais sollicitant, à titre amiable et commercial, l'annulation du contrat, ce qui permettrait (a-t-on écrit) de valoriser l'image du sérieux de l'entreprise.
Nous avons clairement informé l'adhérent que nous n'avions quasiment aucun espoir que cela aboutisse. 


Dès réception du courrier l'entreprise lui a téléphoné pour l'informer qu'à titre exceptionnel elle annulait le contrat. Un courrier de confirmation a suivi avec en retour le chèque d'acompte. Nous avons nous aussi reçu un courrier confirmant cette annulation à tire exceptionnel.

 

Faut-il y voir la force et la crédibilité de l'UFC – Que Choisir ? ou la bienveillance d'un professionnel ?

Nous sommes suffisamment offensifs dans la dénonciation des pratiques commerciales frauduleuses pour que l'on ne nous taxe pas de publicité déguisée pour ce professionnel, mais ce comportement est suffisamment rare pour que nous en faisions état.

D.D.

revenir à la page "litiges"