netiko : créateur du site de petites annonces gratuites veux-veux-pas.fr

nos actionslitiges

Das logo.jpg

Assurez-vous chez nous. Nous garantissons à nos affiliés une désaffectation totale

31/07/2015

Nous laissons à notre adhérent la responsabilité de son témoignage (et du terme "arnaque" qui a une connotation dégradante et que nous évitons pour notre part d'employer).Sans viser spécifiquement la DAS, il est vrai que nous avons de plus en plus souvent des dossiers de contentieux avec des sociétés d'assurance, y compris dans le domaine de la protection juridique, et c'est pour cette raison que nous publions ce témoignage...

Un courrier de témoignage adressé pour publication par un de nos adhérents:

"Il doit être quasi exceptionnel qu’un même individu soit successivement victime de deux arnaques différentes. Et pourtant !

Ayant écrit un roman en 2002, je l’ai adressé un peu au hasard à plusieurs éditeurs. L’éditeur Thélès m’a rapidement répondu avec un enthousiasme débordant, ajoutant que c’était un des meilleurs manuscrits qu’il ait reçu depuis plusieurs années. Un contrat participatif (j’ai versé 2780€) a ainsi été signé.

Je me suis aperçu que les clauses du contrat n’étaient aucunement respectées dans sa presque totalité !

Ayant contracté en 1952 une assurance de Protection Juridique Générale (à la fois personnelle et professionnelle), je me suis mis en rapport avec la DAS (1), qui a été pour le moins très passive (doux euphémisme !).

Comme deux autres victimes de Thélès intentaient un procès, ces deux personnes m’ont demandé de me joindre à eux.

La DAS (1) me l’a interdit formellement, sinon elle se dégagerait immédiatement de l’affaire.

Je signale que ces deux victimes ont gagné leur procès en 2006, avec remboursement de leur participation + dommages-intérêts de 1500 €. Si j’avais pu m’associer à ces deux plaignants, j’aurais perçu un minimum de 4280 € (2780+1500). Je dis bien un minimum, car, outre les griefs communs aux deux plaignants, j’avais deux arguments personnels supplémentaires :

  • L’impression de 100 exemplaires au lieu des 300 prévus.
  • Le non-paiement de mes royalties

Malgré mes relances répétées, la DAS (1) a fait traîner le dossier... Lorsque l’affaire est passée en justice, Thélès a même pu plaider la rescription...

Le tribunal m’a proposé une indemnité ridicule de "700 €", que j’ai refusée. Nous avons donc fait “appel”.

Pendant ce temps la DAS (1) a changé trois fois d’avocat. Et il ne se passe toujours RIEN !

En résumé, la DAS (1) n’a rien fait pendant 10 ans par laxisme et passivité. La DAS (1) s’est désintéressée totalement du problème, faisant ainsi preuve d’une négligence coupable.

Le slogan de la DAS (1)  pourrait s’écrire << Assurez-vous chez nous. Nous garantissons à nos affiliés une désaffectation totale >>.

Ainsi donc, victime d’une arnaque d’un éditeur, je suis maintenant victime d’un assureur qui me promet depuis 1952 une protection juridique qui n’existe pas...

Je voulais avertir les lecteurs de UFC-Que-choisir (et SOS arnaque) pour bien choisir leur assureur... !

NDLR :

NB : DAS est une société du groupe MMA Assurances"

revenir à la page "litiges"