netiko : créateur du site de petites annonces gratuites veux-veux-pas.fr

nos actionsenvironnement

La récupération de l'eau de pluie, un enjeu pour l'avenir

20 novembre 2010

Nous sommes dans une de ces parties du globe où nous ne sommes pas destinés à manquer d’eau, pour l’instant... . Mais la qualité tend à baisser en raison de la pression démographique et de méthodes qui ne permettent pas de préserver suffisamment ce CAPITAL EAU (agriculture intensive, chimie omniprésente dans notre quotidien,...).

Avant d’entrer dans le vif du sujet, quelques chiffres s’imposent !

- 97,5% de l’eau sur la planète bleue est salée !

- Il nous reste donc 2,5% d’eau douce à nous partager, sachant que 70% de cette eau douce est sous forme de glaces et de neiges éternelles, cela représente  0.75% de disponibilité !

- L’humanité, aujourd’hui, est de 6,5 milliards d’habitants (8 milliards en 2025 selon les projections ...).Un milliard et demi d’habitants sont en régions dites à stress hydrique, c'est-à-dire dépourvues de quantités suffisantes. (en 2025, ils seront 3 milliards !).

- La consommation de cette eau dans le monde est assurée à 73%  par l’agriculture (20 à 60% de pertes en raison de l’évaporation et de techniques inappropriées!), à 21% pour l’industrie et l’énergie et à 6% pour un usage domestique.

- La consommation journalière d’un américain est de 600 litres/jour. Celle d’un européen est de 150 litres/jour, celle d’un habitant de la CUDL est de 100 litres/jour.
- Quotidiennement dans le monde, prés de 34 000 personnes meurt dans le monde, faute d’un accès à une eau saine, faute de volontés politiques et économiques... !

- L’enjeu est là et sera d’autant plus fort que les populations seront davantage urbaines avec des besoins concentrés sur de petits espaces avec des problèmes qualitatifs et quantitatifs à prévoir... !

Nous sommes dans une de ces parties du globe où nous ne sommes pas destinés à manquer d’eau, pour l’instant... . Mais la qualité tend à baisser en raison de la pression démographique et de méthodes qui ne permettent pas de préserver suffisamment ce CAPITAL EAU (agriculture intensive, chimie omniprésente dans notre quotidien,...).
Bref, il va falloir rapidement cesser de penser l’élément liquide comme illimité et adapter notre consommation pour tous les usages... .

revenir à la page "environnement"