netiko : créateur du site de petites annonces gratuites veux-veux-pas.fr

communicationAssemblée Générale 2018 activité 2017

logo ufc lille.png

Assemblée Générale 2018 activité 2017

2/5/2018

Rapport Moral

Dans une démocratie, pour forger l’opinion publique et créer des rapports de force équilibrés, il faut des partis politiques forts, des syndicats de salariés forts et des associations de consommateurs fortes et organisées. L’UFC –Que Choisir se targue d’être le porte drapeau du consumérisme en France et l’une des toutes premières associations de consommateurs en Europe. Le propre d’une association de consommateurs, donc de l’UFC – Que Choisir,  est de déranger, de dénoncer, de critiquer, d’attaquer…et, croyez moi ça va durer en 2018. 

Quand l’UFC-Que Choisir constate que l’industrie agroalimentaire gave nos enfants de publicités pour des produits déséquilibrés, publicités qui  vont à contre sens des recommandations officielles, cultivent l’habitude de manger trop gras et trop sucré, et à toute heure. Notre responsabilité  est d’exiger que cette pratique soit prohibée. 

Quand l’UFC- Que Choisir n’accepte plus que les consommateurs payent l’essentiel des redevances destinées à la dépollution de l’eau, ce n’est pas seulement au nom du principe d’équité, c’est aussi et surtout pour changer de logique et inciter les principaux pollueurs à mieux préserver la ressource aquatique, un patrimoine commun inestimable.

Quand l’UFC – Que Choisir participe activement à la tenue des Etats Généraux de l’Alimentation ce n’est pas pour y faire de la figuration. Nos demandes, nos exigences ont été portées au plus haut niveau et ont concernées notamment :

  • Le droit au revenu des agriculteurs et éleveurs
  • L’allocation de moyens pour une restauration collective responsable
  • Un plan d’action pour la sortie des pesticides
  • Un plan d’action contre la contamination chimique de l’alimentation
  • Des mesures pour améliorer la composition nutritionnelle des aliments
  • Un plan bio ambitieux doté de moyens
  • Des engagements pour faire évoluer les standards du bien être animal
  • Et d’autres encore…

Nous étions, alors,  dans le temps de la discussion, nous entrons maintenant dans le temps de l’action, et cette phase doit se faire avec la société civile et l’UFC – Que Choisir. Nous attendons de nos gouvernants un cap ferme pour une transition agricole et alimentaire, basée sur une approche globale et transversale, et impulsée par une grande loi. De simples engagements des parties prenantes ne suffiront pas, le gouvernement ne peut pas se défausser. 

La société de consommation que nous voulons ne peut se construire sur des déséquilibres fondamentaux… C’est tout le sens de l’action de l’UFC-QC depuis plus de 65 ans et qui sera encore la sienne évidemment en 2018

Vous l’aurez compris, loin d’être rassasiée, l’UFC-Que Choisir entend poursuivre en 2018 son action au service des consommateurs et continuer d’innover dans la droite ligne de son rapport d’orientation qui prévoit de les accompagner au plus près et à tout instant dans leur vie quotidienne… Notre stratégie est davantage préventive que curative.  En mettant l´accent  sur la prévention, l’objectif est de rendre concret le concept de « citoyen consommateur », de « consomm’acteur » en lui donnant, dans sa dimension individuelle et collective, les moyens de peser sur le marché, d’éviter les litiges, de faire des choix responsables, et d´agir pour une consommation durable.

Les français prennent peu à peu conscience qu’il leur faudra aller chercher le plaisir dans une  consommation plus pragmatique avec une volonté de plus de local, de savoir ce qui se cache derrière les produits : origine, lieu de fabrication.  

De plus en plus de consommateurs déclarent qu’ils seraient très intéressés par des produits de la consommation responsable s’il y avait plus de transparence sur l’engagement social et environnemental des entreprises produisant ces produits

Pourtant, l’écologie, le développement durable, la santé constituent de plus en plus un alibi à des stratégies purement commerciales et aux vertus contestables… Sur de nombreux produits fleurissent une kyrielle de mentions usurpées ou trompeuses, instrumentalisant la protection de l’environnement et de la santé. Pour mettre fin à ces dérives, il est impératif de mettre en place un cadre officiel réglementant l’obtention et l’usage de ces mentions  permettant au consommateur d’identifier de manière fiable les produits vertueux de ceux relevant d’un markéting communément désigné de « green washing ».

Malgré tout, nous saluons, quand ils existent, les protocoles d’une véritable analyse économique, scientifique  et technique permettant  de prendre en compte le plus grand nombre d’ incidences possibles sur notre milieu de vie , que ce soit au cours de la création, de l’utilisation et de la fin de vie d’un produit.

Pourtant, la question reste posée, comment  les consommateurs pourront - ils s’y retrouver et accorder une crédibilité à l’un des messages plutôt qu’à un autre. Le risque  est que la jolie musique patiemment élaborée reste inaudible dans le brouhaha généralisé et que soient ainsi ruinés les efforts entrepris par certains. 

Dans un contexte difficile que nul n’ignore, l’année 2017 est emprunte de satisfaction pour notre fédération. A l’heure où les consommateurs sont ensevelis sous  une offre pléthorique, surabondante, multi supports, contradictoire, et parfois manipulée, ils n’ont pas perdu le goût d’une information indépendante, experte et vraiment utile, bien au contraire. Malgré la concurrence d’Internet, et en dépit des difficultés du secteur, les abonnements papiers aux Que Choisir se sont stabilisés autour des 430 000, j’y ajoute les ventes en kiosques,  les 60 000 abonnés aux Que Choisir Santé, Les Que Choisir Argents, les Spéciaux…Vous le voyez, l’activité d’édition est toujours aussi intense avec notamment  un flot de nouveaux abonnés web arrivé en 2017 permettant d’atteindre fièrement les 128 000 abonnés à Que Choisir en ligne. Du coté des adhérents, au niveau national, nous avons enregistré une légère baisse. 

Ce n’est pas le cas dans notre métropole où, au prix d’un réel engagement de chacun d’entre nous, nous progressons, certes de manière modeste, de 35 adhérents pour atteindre au 31 décembre 2017 2677 adhérents ce qui nous maintient dans le top 8 des associations locales.

Pour ne pas être trop long, je ne m’étendrai pas sur le rapport d’activité, d’autres le feront mieux que moi, mes collègues, animateurs des activités accueil, secrétariat, litiges, enquêtes, santé, environnement vous détailleront l’important travail des militants dans ces différentes commissions.

Mais je me dois, ici, de remercier, pour leur précieuse collaboration, les quelques 80 bénévoles qui nous permettent de pouvoir vous présenter, aujourd’hui, un rapport d’activité aussi riche. Et, bien sûr, je n’oublie pas nos collaborateurs qui ont accompagné notre développement, Emilie notre juriste, Fabienne à l’accueil téléphonique et Patricia notre agent gestionnaire. Un mot pour saluer Pierre Jean qui a fait valoir ses droits à la retraite mais qui reste avec nous pour gérer notre site Internet.

Souvenez - vous, il y a quelques années la France a perdu son triple A le Saint Graal d’une bonne santé économique, nous vous proposons à l’UFC -Que Choisir Lille de retrouver le triple C : 

  • C comme : Confiance des consommateurs dans l’économie,
  • C comme : Contrôle des marchés pour lutter contre toutes les dérives
  • C comme : Conscience des politiques quand à la nécessité de lancer enfin une politique de la consommation cohérente et efficace.

Lille le 6 avril 2018

Robert Bréhon
Président

Icon Cliquez ICI pour consulter le rapport d'activités, le rapport financier et le résultat de l'élection du Conseil d'Administration... (916,9 KB)

 

revenir à la page "communication"